Au hasard d’un lézard

ehrwald1

image de l’auteur

C’est presque le phénix des hôtes de ces lieux,
Ce bizarre lézard qui grimpe à la tonnelle ;
C’est un bel invité de la saison nouvelle,
C’est un plaisant reptile, un favori des cieux.

Jadis, il apportait les messages des dieux,
Investi du pouvoir de leur grâce immortelle ;
Il descendait du ciel de lumière éternelle
Pour que notre bas monde, enfin, se portât mieux.

Ce messager céleste éloigne la misère,
Il nous fait oublier que nos vies sont amères ;
D’un accueil souriant faites-lui la faveur.

Quelques vivants sont là, si joyeux, quoi qu’on fasse,
Que nous en oublions notre condition basse :
Un lézard de hasard sera notre sauveur.

Cochonfucius

Poèmes

545px-Blason_de_la_ville_de_Berthelming_(Moselle).svg

Blason de Berthelmin

Nous n’avons que nous-mêmes
à mettre dans nos poèmes
– ce qui est déjà beaucoup –
Peu importe où cela mène.

Ada

_____

D’azur à la fasce ondée abaissée d’argent sommée d’un col de cygne du même, becqué de gueules