Licorne aux plumes de sinople

imgf1

image de l’auteur

Licorne de sinople, indulgente maîtresse,
Tu n’as nulle vision trop stricte de l’amour ;
En ton doux coeur de monstre il fait de brefs séjours,
Tu as la liberté des dieux et des déesses.

Bienheureux animal, éprouvant la tendresse,
La flamme dans les yeux, l’innocence des jours,
Alors que le jardin verdoyant à l’entour
Incite tes amants à la sainte paresse.

Compte les madrigaux et les cierges brûlés,
Les heures sans sommeil et les vins écoulés,
Compte les chevaliers que tu mis en servage.

Or, de tous tes amants le plus aventureux
Fut Pierre de Ronsard, poète d’un autre âge,
Dont ton âme est jalouse, et ton coeur amoureux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s