Mirabelle et les oisillons

pommiervincent

image de Pierrette

Mirabelle s’endort à l’ombre du pommier,
La panse bien remplie de cette herbe bien tendre
Que l’eau de Septembre sur la prairie engendre.
Des jours de l’automne, nous sommes le premier.

Pendant cette période il est fort coutumier
De voir un fruit bien mûr d’une branche descendre,
Quand ils sont abîmés, comme on ne peut les vendre,
Ils vont dans le pressoir pour le cidre fermier.

Un coup de vent violent fait tomber quelques pommes
Qui ne parviennent pas à l’extraire du somme,
Mais deux d’entre-elles échouent au sommet de ses pics.

Lorsqu’elle ouvre les yeux, des oisillons y mangent,
Elle ne bouge pas, bien que ça la démange,
Car elle raffole du concert de Couic ! Couic !

Vincent

Une réflexion sur « Mirabelle et les oisillons »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Hortus Closus

Pour vivre heureux, vivons cachés

Parhal, poète breton.

Poésie musicale, rythmée, parlée ou chantée de sa voix vibrante sur la note de l'Univers.

Comme un cheveu sur la soupe

"On a le droit de le faire" Marguerite Duras, Écrire.

pour une seule note

écoutons à l'infini...

Le monde est dans tes yeux ...

... le premier matin du monde est aujourd'hui ...

WordPress.com en français

Toutes les nouvelles de la communauté WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :