La couronne à la mer

blason_Haddock_ovale

Image du blog Herald Dick Magazine

Donc, nous en avons assez vu,
Disait le roi, et la couronne
Disparaîtra, c’était prévu,
Aux océans je l’abandonne,
Roi d’ici, je ne le suis plus.

Ni monarque, ni capitaine,
Tout juste un barde dans le vent ;
Détenant une plume vaine,
Les deux yeux sur le firmament,
Je lis, je ris, je me promène.

De ma clé je me suis défait,
Ayant fermé mon bureau vide ;
Je suis allégé, c’est parfait,
Malgré mon vieux coeur qui se ride,
Battant au gré du temps qu’il fait.

Cochonfucius

Rémus et Romulus

lahuida.jpg

Toile de Remedios Varo

Le capitaine, en tenue d’astronaute,
S’aperçoit qu’il doit trop à ce Tintin.
Platonique était leur double destin,
Car autrement, les deux seraient en faute.

Malheur de l’un fait le bonheur de l’hôte ;
Faut-il veiller, dans un lit, au matin,
Ou couper son manteau, comme Martin ?
Adam n’a regret de perdre sa côte.

Muse, tu sais, nous formons un binôme.
Qui porte voile a besoin d’une bôme.
Hélas, pour ton temps, je suis en amont ;

Haddock, Tournesol, Cauchon et pucelle,
Quel binôme aurait rendu la vie belle
Au vrai connaisseur de Lautréamont ?

Cochonfucius

Que le grand cric me croque

blason_Haddock_ovale.jpg

D’azur au dauphin d’or surmonté 
d’une couronne du même
Devise du Chevalier de Hadoque

Image d’Hérald Dick 

Curieux de tout, à l’affût de tout, propulsé
Par le journal le Vingtième siècle puis
Le petit Vingtième, ouvert au monde en y
Puisant ses modèles, il n’a jamais cessé

De dessiner, le père de Tintin! Il voit
Puis copie d’après nature les choses et les
Personnes. D’un coup de crayon alors, naît la
Grande famille de papier: Haddock et les

Dupond-Dupont, Tournesol… Tous en relation
Profonde avec leur créateur. D’abord dans la
Beauté silencieuse du noir et blanc qui vont

Laisser la place aux couleurs d’azur et d’or sur
L’Etoile Mystérieuse. Puis vint l’étranger:
L’ami Tchang qui lui apprit l’altérité.

Pierrette

Tintin-mainSupportingCharacters.png

Vincent Voiture voit une prison

chat-fromage.jpg

Gravure anonyme

Cet auteur s’assied vaillamment
Et retrousse ses belles manches,
Puis il découpe proprement
Une moitié de feuille blanche.

Il mobilise sa raison
Qui lui donna tant de victoires ;
Il la menace de prison
Si elle ne trouve une histoire.

Mais la raison de ce dévot
N’aime point trop son coeur en cendres ;
Elle s’enfuit de son cachot
Et lui dit « Va te faire pendre ».

Ah, voilà qu’en ce nouveau jour,
L’inspiration part en fumée !
Pas même une chanson d’amour ;
Que lui dira sa dulcinée ?

Cochonfucius

les cent sonnets

dandelionsky_2560x1600

Illustration de Laura Diehl

La vie ressemble à ces sonnets que je fignole
Comme produit ses fruits le patient pissenlit.
Aussi peu s’en soucie le passant qui les lit
Que des graines des fleurs au jardin, qui s’envolent.

Le plus souvent, bien sûr, ces textes sont frivoles :
Menus propos badins que la rime embellit,
Rêves incohérents notés au saut du lit,
Souvenir de leçons entendues à l’école.

Mais certains jours je dois dire un mot plus sérieux,
Examiner mon coeur et passer aux aveux ;
A ce genre d’écrit, malhabile est ma plume.

J’aime mieux débloquer, fabuler, plaisanter,
Et mon rire aime mieux que mes larmes chanter,
Puisque l’oeil de l’esprit dans le rire s’allume.

Dumergue

Fontaine par Jacky Dumergue et jbb (merci à Franquin)

Cochonfucius