Fruits en HF – Raisin : Meurthe-et-Moselle_54 (2/6)

hf1

https://www.actualitix.com/carte-meurthe-et-moselle.html

Chaudeney-sur-Moselle : (Sud de Toul)

hf2

http://www.mairiedechaudeney.com/

Tableau :

hf3

De gauche à droite & de haut en bas :

Manassas (2007) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chaudeney-sur-Moselle
Arcady Voronzov : http://www.armorialdefrance.ru/communes/69-meurthe-et-moselle?start=100
Daniel Juric (2012) : http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=7930
François Meyer : https://www.blasonslorrains.com/blasons-meurthe-et-moselle-54 (repris par la commune)
Arnaud Bisval (version ancienne) : http://www.genealogie-bisval.net/index2.html
Arnaud Bisval (version plus récente) : http://www.genealogie-bisval.net/index2.html
Arnaud Bisval (N&B) : http://www.genealogie-bisval.net/index2.html

Blasonnement :

D’argent à la bande de gueules chargée de trois cailloux d’argent, accompagnée en chef d’un cep de vigne au naturel, tuteuré d’or, et en pointe d’un dé d’azur posé en perspective.

Commentaires :

Ce blason, adopté par la commune en 1983, reprend celui de Regnault Dupaquier, seigneur de Chaudeney. Il portait d’argent à la bande d’azur chargée de trois étoiles d’or accompagnée en chef d’un cep de vigne au naturel. Les étoiles ont été remplacées par les pierres de l’évêché de Toul sur fond de gueules pour montrer que la maison forte de Chaudeney appartenait aux évêques. Et le dé des armes de Mélo des Hazard (d’azur, à la croix d’argent cantonnée de quatre dés du même à un point de sable) rappelle que celui-ci devint seigneur de Chaudeney en épousant l’héritière de Regnault Dupaquier. (UCGL)

Continuer à lire … « Fruits en HF – Raisin : Meurthe-et-Moselle_54 (2/6) »

Papillon de la Table Ronde

asffb.png

image de l’auteur

Il n’a jamais servi les dieux ni les déesses,
Mais près des chevaliers on peut souvent le voir ;
Ce noble papillon, dans son fier nonchaloir,
Il ne se reconnaît ni maître ni maîtresse.

Il suit parfois les pas du moine ou de l’abbesse
Car il veut détenir un peu de leur savoir,
Mais il n’admire point les hommes de pouvoir,
Préférant la douceur des mots d’une princesse.

Lorsque survient l’hiver, il peut voler encore
Et dans cette saison où dort le doryphore
Il survole la plaine et s’abreuve au ruisseau.

Il connaît mieux que moi l’héraldique subtile
Et trace des blasons, dessinateur fertile :
Je crois qu’il le faisait dès l’âge du berceau.

Cochonfucius