Par le trou de la serrure

asv.png

image de l’auteur

Trou de serrure, on y découvre un monde
Orné de fleurs, embelli de chansons ;
D’y regarder, ce n’est pas des façons,
Pourtant notre âme en indulgence abonde,

Car les humains sont des êtres qui sondent
Le territoire auprès duquel ils sont ;
Au grand jamais nous ne nous en lassons,
Nous explorons les cachettes profondes.

Comment savoir où la porte conduit,
Comment juger de ce qui se produit
En cet endroit que les rayons traversent ?

Les chants joyeux, les entraînants refrains
Semblent issus d’une gaîté sans frein
Qui dans nos coeurs par ce trou se déverse.

Cochonfucius

Lorsqu’il veut s’amuser

kinglearpainting.jpeg

Toile de William Dyce

Lorsqu’il veut s’amuser, Scarron se fout du monde ;
Le roi même, en ce cas, sera pris pour sujet,
Comme nous pouvons voir aux madrigaux qu’il fait
Ou à d’autres chansons (les exemples abondent).

Le roi ne s’en fait pas, ne tonne ni ne gronde,
Il est même flatté d’être mis en sonnet
Par un subtil auteur, qui vraiment s’y connaît,
Donnant à ses lecteurs jubilation profonde.

Il sait qu’il n’est qu’un roi, ne se prend point pour Dieu,
Qu’il lui faut du papier quand il se rend aux lieux,
Que son corps est en proie à bien d’autres misères ;

Un monarque, il le sait, n’est pas un immortel.
Il a vu le cercueil où reposait son père
Et les pleurs de sa mère approchant de l’autel.

Cochonfucius