Fleur d’impermanence

asl.png

image de l’auteur

Fleur magnifique à voir à la fin de l’été,
Que nous ne verrons plus au temps de la froidure ;
Ainsi disparaîtra ce que l’homme a planté,
Qui s’occupe parois d’embellir la nature.

Or, l’herbe qui l’entoure et pousse en liberté
Souffre aussi de l’hiver, et guère plus ne dure ;
Tel qui chante au matin doit au soir déchanter,
C’est même une leçon, c’est dans les Écritures.

Les objets ravissants, qui sont impermanents,
Je les vois s’effacer sous un ciel peu clément ;
Et perdre aussi leur goût les choses savoureuses.

Quand un prince a vieilli, qui le trouve charmant ?
Qui attend de sa part des actions valeureuses ?
En vain rêve de lui la Belle au bois dormant.

Cochonfucius