Tristes deux mille vins

dvienadtsat

animaux chinois

C’est l’année du virus et c’est l’année du rat,
L’an prochain nous aurons l’année des hirondelles ;
Beaucoup de professions ici manquent de bras,
Car une épidémie fait beaucoup parler d’elle

Le virus est mutable et fol qui s’y fiera,
Avec ton ADN il joue à la marelle ;
Tes poumons ont souffert, que point l’on n’opéra,
Tant de méchanceté dans un tel être grêle…

Faut-il vous en parler, vous raconter l’histoire
Des grands lits d’hôpital et de leurs accessoires ?
Mais contre un pareil monstre il n’est point de recours.

De ces petits machins, terribles sont les ruses,
Nul ne sait quoi penser de leur substance intruse ;
Mais de notre santé nous verrons le retour.

Cochonfucius

Errance nautique

idft

image de l’auteur

Ce bateau dérivant, c’est un vaisseau massif,
C’est un sombre rafiot d’origine inconnue ;
Quelquefois, sur le pont, chante une voix ténue,
J’entends jour après jour son déclin progressif.

Ce surprenant navire ignore les récifs,
Une magie puissante est par lui détenue ;
Les pâles matelots dans leur noire tenue
Arborent presque tous un visage pensif.

Songent-ils à leur vie, qui jadis fut profane ?
Se remémorent-ils des mots d’Aristophane ?
Sur un danger prochain furent-ils alertés ?

Je n’en dirai pas plus dans cette chanson brève,
Je laisse à ces errants leur pleine liberté ;
Ils savent naviguer sur les ailes du Rêve.

Cochonfucius