Fréchette voit des navires

french-cross

Toile de Charles W. Simpson

Les voiles des Français valent celles d’Espagne ;
La flotte avance au vent comme un nuage gris.
Bien des nouveaux terroirs, dès demain, seront pris,
En Amérique, en Chine, en Grande Garabagne.

Priez donc tous vos saints, beaux marins de Bretagne :
Parfois, sur l’océan, le ciel est assombri,
Ou par le fier pirate on se trouve surpris ;
On se dit : j’aurais dû partir à la montagne.

Mais débarquer à l’Ouest, quelle charmante chose :
Les jardins canadiens à la saison des roses,
Baignés dans la lumière et le goût du nectar !

Et les canons du roi, dans un bruit de tonnerre,
Convainquant aussitôt les Indiens débonnaires
D’offrir leur sujétion à ce seigneur vantard.

Cochonfucius

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s