Monde de reflets

pattes

image de l’auteur

J’ai vu se refléter la huppe de juillet
Dans le miroir des rois de la place Pigalle.
Cet oiseau, gravement, un soir, déambulait,
Ayant pour l’escorter la garde nationale.

Elle but à loisir dans le petit jet d’eau,
Qui, vous le savez bien, coulait de bas en haut.
La douce nuit, bientôt, effacerait sa trace,
Et chaque garde, enfin, regagnerait sa place.

Un jeu d’échecs veillait, un beau jeu, savez-vous,
À l’usage des morts et du rêveur hibou.
La huppe l’admirait avec des yeux de flamme ;
Mais lui, pourtant, songeait à des hippopotames.

Cochonfucius

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s