Au Hasard du Web 28

A.L.G. TOUSSAINT

ange 1.png

Blason d’Anna Louisa Geertruida Toussaint, puis Bosboom-Toussaint.
Écrivaine néerlandaise (1812-1886).

Le blason est issu de : http://www.genheral.com/html/BlasonsGIF/
© Ségolène de Pas, 11 septembre 2012 (date sous réserve).

Le site http://genheral.com/ vante les mérites du logiciel « Héraldique 9 »

Le blasonnement, trouvé dans : https://archive.is/5o3u :
« d’or à l’ange au naturel habillé d’azur, ailé d’argent, posé de profil, tenant entre ses mains 1 livre ouvert d’argent »

Ce blason a été repris avec le même blasonnement dans un article paru le 15 octobre 2014 dans http://heraldie.blogspot.com/2014/10/les-anges-en-heraldique.html

Je me pose la question de savoir pourquoi personne ne parle du coussin.

J.B. Rietstap (1828-1891), néerlandais lui aussi, et contemporain d’Anna Louisa, nous donne dans son « Armorial général » le blasonnement suivant :

Toussaint Alkmaar, La Haye – D’or à un ange habillé d’azur ailé d’argent posé de profil agenouillé sur un coussin d’azur tenant de ses mains un livre ouvert d’argent Cimier une église de gueules entre un vol d’or Tenants deux chevaliers croisés l’épée abaissée (Armes de Mad Bosboom-Toussaint célèbre romancière hollandaise)

Le coussin serait donc d’azur.

Tout savoir sur Anna Louisa, sa vie, son oeuvre:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anna_Louisa_Geertruida_Bosboom-Toussaint

ange 2.png

A.L.G. Toussaint, vers 1842.

Je pensais en avoir terminé avec cet article, mais la couleur du coussin me laissait sur ma faim.

J’entrepris donc une correspondance par courriels avec Pierrette.

Je vous la livre telle quelle.

Accrochez-vous ! L’article va doubler de volume.

Continuer à lire … « Au Hasard du Web 28 »

Au Hasard du Web 27

Avoir et Être

panneau

http://catherine-ousselin.org/avoir-etre.htm

Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment un beau soir,
Ma mère m’enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j’ai connus dès le berceau.

Bien qu’opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.

Ce qu’Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l’avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s’est fait avoir.

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu’Être, toujours en manque.
Souffrait beaucoup dans son ego.

Pendant qu’Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu’Être, un peu dans la lune
S’était laissé déposséder.

Avoir était ostentatoire
Lorsqu’il se montrait généreux,
Être en revanche, et c’est notoire,
Est bien souvent présomptueux.

Avoir voyage en classe Affaires.
Il met tous ses titres à l’abri.
Alors qu’Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.

Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l’esprit.
Le verbe Être est tout en pudeur,
Et sa noblesse est à ce prix.

Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord,
Entre verbes ça peut se faire,
Ils conjuguèrent leurs efforts.

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.

Le verbe Avoir a besoin d’Être
Parce qu’être, c’est exister.
Le verbe Être a besoin d’avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

(Yves Duteil – 2001)

https://www.youtube.com/watch?v=SbRuS46bUxI

écusson

28 mars 2018 15h45

Au Hasard du Web 26

Le dromadaire et le bouc

(1)&(2)

Sur ses hautes jambes, monté,
Comme un nonchalant funambule
Et fort de sa sobriété,
Le premier est le véhicule.

Avec sa résistante peau
Prélevée après l’abattoir,
Cousue serré et remplie d’eau,
Le second est le réservoir.

Et ces deux animaux d’Afrique
Serviteurs des hommes d’hier
Ont permis l’exploit magnifique
De pouvoir vaincre le désert.

Renaud BOSC

(3)

Sources :

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Armoiries_de_l’Érythrée
Armoiries de l’Érythrée.
Auteur : SanchoPanzaXXI

(2) http://www.heraldique-europeenne.org/Armoriaux/Gelre/F41r.htm
Armorial de Gelre, Bodman (Her Hans von Bodem)
Auteur : Arnaud Bunel.

(3) http://poesie.webnet.fr/vospoemes/poemes/renaud_bosc/le_dromadaire_et_le_bouc.html
La peau de l’outre est en bouc. Oui, merci, le Troll.

 

Au Hasard du Web 25

Le Singe et le Léopard

(a)                                                                (b)

Le Singe avec le Léopard
Gagnaient de l’argent à la foire :
Ils affichaient (1) chacun à part.
L’un d’eux disait : Messieurs, mon mérite et ma gloire
Sont connus en bon lieu ; le Roi m’a voulu voir ;
Et, si je meurs, il veut avoir
Un manchon de ma peau ; tant elle est bigarrée,
Pleine de taches, marquetée,
Et vergetée (2), et mouchetée.
La bigarrure plaît ; partant chacun le vit.
Mais ce fut bientôt fait, bientôt chacun sortit.
Le Singe de sa part disait : Venez de grâce,
Venez, Messieurs. Je fais cent tours de passe-passe.
Cette diversité dont on vous parle tant,
Mon voisin Léopard l’a sur soi seulement ;
Moi, je l’ai dans l’esprit : votre serviteur Gille,
Cousin et gendre de Bertrand,
Singe du Pape en son vivant,
Tout fraîchement en cette ville
Arrive en trois bateaux exprès pour vous parler ;
Car il parle, on l’entend ; il sait danser, baller (3),
Faire des tours de toute sorte,
Passer en des cerceaux ; et le tout pour six blancs (4) !
Non, Messieurs, pour un sou ; si vous n’êtes contents,
Nous rendrons à chacun son argent à la porte.
Le Singe avait raison : ce n’est pas sur l’habit
Que la diversité me plaît, c’est dans l’esprit :
L’une fournit toujours des choses agréables ;
L’autre en moins d’un moment lasse les regardants (5).
Oh ! que de grands seigneurs, au Léopard semblables,
N’ont que l’habit pour tous talents !

(c)

Jean de LA FONTAINE   (1621-1695)

fontaine.png

(d)

Sources :

(a) http://www.blason-armoiries.org/heraldique/a/accroupi.htm
Pascal de Malatrait (de) : D’azur, au singe accroupi d’or. (Dauphiné)

(b) http://www.blason-armoiries.org/heraldique/l/leopard.htm
Rouault de Gamaches : De sable, à deux léopards d’or, l’un sur l’autre. (Vimeu)

(c) http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/singleop.htm
(1) leurs images faisaient l’objet de deux affiches différentes
(2) allusion à une étoffe rayée de diverses couleurs (du latin virga, verge, baguette, raie)
(3) il sait prendre les poses du danseur de ballet.
(4) petite monnaie valant 5 deniers.
(5) signifie : les spectateurs.

(d) http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/biographie.htm
Intéressante biographie en trois parties. De plus, si vous voulez tout savoir sur La Fontaine, c’est le site à visiter.

Au Hasard du Web 24

Véronique

fleurs bleues

(1)

Véronique avait deux amants,
Un vieux mari, des amies chères;
Elle n’avait pas de temps à perdre
Pour contenter tout ce beau monde.

Chaque lundi, elle retrouvait Pierre,
De cinq à sept, plus souvent huit,
Puis de retour pour le dîner,
Elle câlinait son régulier.

Tous les mardis elle recevait
Annie, Béa et Marguerite,
Elles riaient de leurs bons coups,
En minaudant comme des coquines.

Le mercredi et le jeudi,
C’était Philou qui avait la cote;
Et grâce à cet homme très viril,
Elle atteignait le septième ciel.

Le vendredi elle allait voir Clara,
Sa bonne copine du pensionnat;
Elles s’aimaient comme au vieux temps,
Bien enlacées, toutes frétillantes.

Mais le samedi elle l’occupait
A la toilette de son logis,
Et le dimanche, avec Monsieur,
Elle ne manquait pas la grand’messe.

Véronique n’avait plus vingt ans,
Mais en son coeur avait l’espoir
De séduire encore bien longtemps,
C’était comme ça qu’elle restait jeune

Bernard LANZA

(1942-2009)

(2)

lanza.png

(3)

Sources :

(1) http://raf.dessins.free.fr/2bgal/img.php?id_img=6216

(2) http://poesie.webnet.fr/vospoemes/poemes/bernard_lanza/veronique.html

(3) https://www.bernardlanza.net/biographie-de-bernard-lanza.html

 

Au Hasard du Web 22

Les martinets

martinet.jpg

(1)

J’aime à vous écouter, allègres martinets
Qui sous l’astre estival voltigez tels des flèches,
Chassant les moucherons sans vous lasser jamais,
Voyageurs qui venez des vastes plaines sèches !

Vous frôlez le clocher de l’église et vos cris
Sur les murs de la place ont partout un écho !
Coursiers de la nue, votre vue me ravit !
Qu’importe le soleil qui me donne si chaud !

J’aimerais tant vous suivre en vos courses fébriles,
Voler au ras des flots, changer de cap, d’un coup,
Égayer avec vous les rues des grandes villes,
Franchir les orages aux superbes courroux !

Votre cri m’a toujours fait songer aux beaux jours,
Aux beaux mois de l’été qui voient mûrir les blés
– fenaisons et moissons, apogée des amours –
Votre cri m’est beaucoup et il vient me parler :

Il me parle des soirs si doux de la Provence,
Quand on sort pour goûter la fraîcheur retrouvée ;
Il vient me rappeler les jours clairs de l’enfance,
Car tout jeune déjà je vous ai observés !

Il me parle sans fin des joies matutinales
Qu’en vacances je goûte en ouvrant les volets :
Je m’éveille et vous vois, dans le jour encor pâle,
Et, naïf, je m’exclame : « Salut les martinets ! »

Vous êtes les amis de mes vastes transports !
Il me semble parfois deviner sur vos ailes
Mes pensées qui s’égaient, s’agrippent à vos corps
Et vivant avec vous, chantent des ritournelles !

Et l’hiver quand je songe à votre cri si vif,
Je crois alors sentir le doux parfum des roses ;
Je pense à la nature en ses beaux jours festifs !
Alors dans mon esprit le bel été explose !

Julien BOUCHARD-MADRELLE (2)

juju

Julien Bouchard-Madrelle (3)

martinet 2

Martinet alpin (4)

martinet 3

Martinet à ventre blanc (5)

martinet 4.png

Logo actuel du Cardiff City Football Club (6)

martinet5

idem 1988-2003 (7)

martinet6.png

idem 2003-2008 (7)

martin.jpg

Martinet à lanières (8)

(1) http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=14895
Blason de Martinet (85) : D’or à trois martinets de sable volant en pal; au chef d’azur chargé de trois lis de jardin d’argent.

(2) http://poesie.webnet.fr/vospoemes/poemes/julien_bouchard_madrelle/les_martinets.html

(3) https://www.nawak.com/user-print.html?id=48384
http://latroupedemai.free.fr/julienbouchardmadrelle.html
Julien Bouchard-Madrelle, né en 1973 : Comédien, auteur, poète, documentaliste, dramaturge.

(4) http://dailygeekshow.com/wp-content/uploads/2013/10/le-martinet-alpin-un-oiseau-capable-de-voler-dans-les-airs-pendant-6-mois-daffilee-sans-jamais-atterrir-une.jpg
Également appelé Martinet royal ou Martinet à ventre blanc.

(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Martinet_à_ventre_blanc

(6) http://herald-dick-magazine.blogspot.fr/2012/05/championnat-dheraldique-des-clubs-de.html
« Joli emblème héraldique spécifique au club : d’azur à un besant d’argent chargé d’un martinet en vol du champ, au chef d’argent parti : une fleur de jonquille au  naturel à dextre et un dragon gallois de gueules à senestre. Le surnom de l’équipe est  « Bluebirds » d’où le martinet. »
Je pense que cet argument ne tient pas la route, vu qu’en anglais martinet se dit swift, mais Herald Dick à l’air sûr de lui, alors, disons qu’il s’agit bien d’un martinet teinté en bleu.

(7) http://fhlogo.blogspot.fr/2011/06/cardiff-city-fc.html

(8) http://cuirsm.fr/produit/martinet-en-cuir-rouge-et-noir/
Martinet en cuir, de gueules et de sable, pommeau cristal argent.
Espèce qu’on croyait en voie de disparition, mais qui sévit toujours, notamment dans certains milieux dont la bienséance m’interdit de parler ici.

JR

Au Hasard du Web 21

Coquinou !

coquinou

Blason de Vincent Voiture ? (1)

Tout beau corps, toute belle image (2)

Tout beau corps, toute belle image
Sont grossiers auprès du visage
Que Philis a receu des cieux,
Sa bouche, son ris et ses yeux
Mettent tous les coeurs au pillage.

Sa gorge est un divin ouvrage,
Rien n’est si droit que son corsage,
En fin elle a, pour dire mieux,
Tout beau.

Parmy tout, ce qui plus m’engage,
C’est un certain petit passage,
Qui vermeil et delicieux,
Mais ce secret est pour les Dieux ;
Ma plume, changez de langage,
Tout beau.

Vincent VOITURE   (1597-1648)

Vincent, par Simon Curé (1718) (3)

vin.jpg

Portrait de Vincent, par Philippe de Champaigne (4)

Amiens.jpg

Vincent est né à Amiens (5)

De gueules au lierre d’argent, au chef d’azur semé de fleurs de lis d’or

Paris.jpg

Vincent est mort à Paris (6)

De gueules à la nef équipée et habillée d’argent voguant sur des ondes du même mouvant de la pointe, au chef d’azur semé de fleurs de lys d’or

(1) http://toutsurlheraldique.blogspot.fr/2014/02/vincent-voiture-de-lacademie-francaise.html
(source : les hommes illustres, par Charles Perrault, gallica.bnf.fr)
S’agit-il vraiment d’un blason ou d’une fantaisie ?
(2) http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/vincent_voiture/tout_beau_corps_toute_belle_image.html
(3) http://www.inumis.com/vso/V00014/vincent-voiture-par-cure-1718-a22085.html
Remarquez la phrase au-dessus des Trois Grâces : « Je les fais à mon badinage » (ben voyons !)
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Voiture
(5) http://www.amiens.fr/attractivite/patrimoine-histoire/ville/armoiries-amiens/armoiries-amiens.html
(6) https://www.cariboo.co/fr/blog/2017/les-armoiries-de-paris

Au Hasard du Web 20

Saison quatre

quatre

Sainte-Marthe (famille de) (1)

D’argent à trois fusées et deux demies de sable rangées en fasce au chef du même

J’ai passé mon printemps… (2)

J’ai passé mon printemps, mon été, mon automne ;
Voici le triste hiver qui vient finir mes voeux ;
Déjà de mille vents le cerveau me bouillonne ;
J’ai la face ridée et la neige aux cheveux.

D’un pas douteux et lent, à trois pieds je chemine,
Appuyant d’un bâton mes membres languissants,
Mes reins n’en peuvent plus, et ma débile échine
Se courbe peu à peu, sous le faix de mes ans.

Une morne froideur sur mes nerfs épanchée
Engourdit tous mes sens, désormais curieux,
D’un glaçon endurci j’ai l’oreille bouchée,
Et porte en un étui la force de mes yeux.

Mais bien que la jeunesse en moi ne continue,
Dieu, fais que mon amour me conserve le coeur !
Autant que de mon sang la chaleur diminue,
Daigne de mon esprit augmenter la vigueur.

Que sert de prolonger une ingrate vieillesse,
Pour regarder sans fruit la lumière du jour !
Heureux, qui sans languir en si longue vieillesse,
Retourne de bonne heure au céleste séjour !

Scévole de SAINTE-MARTHE   (1536-1623) (3)

ballo

Portrait de Scévole (3)

quatre2.png

Armoiries en N&B (4)

Cimier : une aigle de sable
Supports : deux lions d’or
Devise : Patriæ fœlicia tempora nebunt

quatre 4

Scévole est né et mort à Loudun (Vienne) (5)

De gueules, à une tour crénelée d’argent, maçonnée de sable ; au chef d’azur, chargé de trois fleurs de lis d’or

quatre5

Scévole fut maire de Poitiers (Vienne) (6)

D’argent au lion de gueules, à la bordure de sable besantée d’or ; au chef d’azur chargé de trois fleurs de lis d’or

(1) http://rabelaisladive.canalblog.com/archives/2014/06/24/30134819.html
(2) http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/scevole_de_sainte_marthe/j_ai_passe_mon_printemps.html
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Scévole_de_Sainte-Marthe_(1536-1623)
(4) http://www.heraldique-blasons-armoiries.com/armoriaux/familles_diverses/blasons_sainte_marthe.html
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Loudun
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Poitiers

Au Hasard du Web 19

Chaud le chanoine !

chanoine

Armes de la famille Tabourot (1)

D’azur au chevron d’or accompagné de trois caisses de tambour du même au chef d’argent chargé d’un lion léopardé de sable

Pavane (2)

Belle qui tiens ma vie
Captive dans tes yeux,
Qui m’a l’âme ravie
D’un souris* gracieux,
Viens tôt me secourir,
Ou me faudra mourir.

Pourquoi fuis-tu, mignarde,
Si je suis près de toi ?
Quand tes yeux je regarde,
Je me perds dedans moi !
Car tes perfections
Changent mes actions.

Tes beautés et ta grâce
Et tes divins propos
Ont échauffé la glace
Qui me gelait les os.
Ils ont rempli mon coeur
D’une amoureuse ardeur !

Approche donc ma belle,
Approche-toi mon bien !
Ne me sois plus rebelle
Puisque mon coeur est tien…
Pour mon mal apaiser
Donne-moi un baiser !

* En ancien français un souris est un sourire
Jehan Tabourot, dit Thoinot ARBEAU (1520-1595) (3)

moine

Portrait du chanoine Jehan (4)

église.jpg

Cathédrale de Langres (5)
arg

Blason de Langres (Haute-Marne) (6)

D’azur semé de fleurs de lis d’or, au sautoir de gueules brochant sur le tout

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Tabourot
(2) http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jehan_tabourot_dit_thoinot_arbeau/pavane.html
(3) Chanoine de la cathédrale Saint-Mammès de Langres, de 1545 à sa mort. Si on considère que le i et le j sont une seule et même lettre, son alias est l’anagramme de son nom.
(4) https://earlymusicmuse.com/orchesographie/
(5) http://www.culture.gouv.fr/champagne-ardenne/objets-mobiliers/haute-marne/cathedrale-langres/HTML5/PA00079088.html
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Langres