Saint Hydronyme

ugm

image de l’auteur

Le nom de Saint Laurent devint le nom d’un fleuve
Sur lequel nous voyons des bateliers ramer :
La baleine en soufflant peut le faire écumer,
Mais les braves marins jamais ne s’en émeuvent.

Un sonnet sur ce thème, écrit par Sainte-Beuve,
Dit qu’il aime ce fleuve et que l’on doit l’aimer ;
Et je vois en effet des regards s’allumer
Auprès de ce cours d’eau, ça m’en donne une preuve.

C’est la grâce de Dieu qui fait danser les flots,
Dont seront enivrés les braves matelots ;
Par autant de douceur est leur soif assouvie.

Le grand fleuve comprend la vie et le trépas,
Même s’il ne vit pas, même s’il ne meurt pas,
Mais il peut tout connaître au gré de ses envies.

Cochonfucius

Saint Achille Paon-Talon

ouud.png

image de l’auteur

Le plus noble des paons fut notre Saint Achille,
Surnommé Paon-Talon par quelques plaisantins;
Il priait le Seigneur au soleil du matin
Et méditait souvent dans une église, en ville.

Son meilleur compagnon fut un démon tranquille
Qui buvait avec lui dans le soir incertain ;
Il connaissait beaucoup de blagues en latin
Et savait fabriquer un golem en argile.

Ce démon n’aimait point les travaux fatigants ;
Le saint les fit pour lui, par un geste élégant,
Ce pour quoi le rhapsode en fit le dithyrambe.

Ces deux vaillants héros, que le sort assemblait,
Aimaient rester assis devant l’âtre qui flambe,
Où chacun d’eux voyait de l’autre le reflet.

Cochonfucius

Saint Romuald

etoa.png

image de l’auteur

C’est un bélier divin, ce n’est pas un jocrisse,
Il vit dans un alpage au magique décor ;
Plusieurs petits serpents gigotent en coulisse
Et le chien du troupeau prend bien soin de son corps.

L’aigle vole un peu bas, le sphinx a des caprices
Et parfois l’on entend le son lointain du cor ;
L’alpage ne connaît nul agent de police,
Une sage brebis règle les désaccords.

C’est au printemps, surtout, que la montagne est belle,
Austère par endroits mais jamais trop cruelle ;
Le berger se comporte en humble serviteur.

Veuillez prier pour nous, saint bélier plein de grâce,
Aussi pur que la neige où vous laissez vos traces
Ou qu’un agneau dont vous êtes le géniteur.

Cochonfucius