Mirabelle au Nirvana

81bh3m1mljl._sl1500_

Mirabelle a brouté à ne plus en pouvoir,
L’herbe verte d’un pré parsemé de spargoutes,
Puis on tira son lait, jusqu’à l’ultime goutte,
Une nuit reposante, il lui tarde d’avoir.

Cependant le fermier n’a pas fait son devoir
De changer sa litière, ayant bu trop de goutte,
Et Morphée ne vient pas, tant l’odeur la dégoute
(Le même déplaisir, Job a dû percevoir).

Bien plus tard, le sommeil, sur l’infection l’emporte,
Et quelque temps après, un rêve la transporte
En Inde, où pour les vaches, on a bien plus d’égards :

Krishna l’a recouverte avec moult parures,
Et lui joue de doux airs dans un trou de verdure,
Elle est au nirvana, loin du puant hangar.

Vincent

Mirabelle et le Père Noël

noël vincent.jpg

Chaque année le fermier fait le père Noël,
Pour la plus grande joie des enfants du village,
Très impatients de voir poindre son attelage,
Composé de deux ânes issus de son cheptel.

Cette fois les baudets ont manqué à l’appel ;
Au moment du départ, les bêtes ont pris ombrage
Car il leur a donné, sans égard pour leur âge,
Quelques coups de bâtons loin d’être virtuels.

Il a eu beau tirer, jusqu’au bout de ses forces,
Du moindre mouvement, il ne put voir l’amorce,
Et dut vite changer de motorisation.

Il courut jusqu’au pré pour chercher une vache,
Mirabelle se mit de bon cœur à la tâche,
Et arpenta les rues sous les acclamations.

Vincent

Mirabelle et le pêcheur

Yves.png

image de Pierrette

Elle l’a toujours vu, quand naissent les bourgeons,
Traverser la prairie encombré de ses cannes,
Pour rejoindre l’étang où jouent canards et canes
Ainsi que canetons, à faire des plongeons.

L’homme installe ses perches à l’abri des grand joncs
Du lieu dont il connaît les multiples arcanes ;
Depuis l’enfance il vient à pied ou en bécane,
Méditer sur la vie en traquant le goujon.

Parfois Mirabelle l’interrompt dans ses songes,
Profitant d’un moment où nul bouchon ne plonge,
Et obtient de sa main de douces attentions.

Mais déjà, cette année, le pommier est en fleur
Sans qu’elle n’ait eu vent de son tendre pêcheur,
La vache est fort peinée par sa disparition.

Vincent

En hommage à Yves Le Medec

Mirabelle et le réchauffement climatique

mir climat.png

image de Pierrette

Alors que le printemps pointe le bout du nez
Et que l’hiver, déjà, prépare ses valises,
Mirabelle, en broutant, tout d’un coup, réalise
Que cette année encore aucun flocon n’est né.

Elle qui aime voir, son pré, de neige orné,
Cela fait des lustres (d’après son analyse),
Que l’eau tombant du ciel jamais ne cristallise ;
Cette seule pensée gâche son déjeuner.

L’appétit s’est enfui, la vache se redresse,
Puis pense à la chaleur qui en été l’oppresse,
Et au petit ruisseau qui est encore à sec.

Le taureau attristé par son minois morose,
D’aller se promener, à l’étang, lui propose,
Tant que les canetons peuvent y tremper leur bec.

Vincent

Mirabelle fait le chameau

miramira

image de Pierrette

Ce soir, à la mairie, se tient un grand débat,
Beaucoup de villageois et quelques villageoises,
Y discutent âprement, autour d’une cervoise,
De sujets très divers, dont de la djellaba ;

Un nouveau résident, provenant de Rabat,
Porte ce vêtement, ce qui laisse pantoises
Certaines personnes, avec lui, discourtoises,
Elles aimeraient bien qu’il retourne là-bas.

Pourtant il a le droit de résider en France,
Son dur labeur n’attire aucune concurrence
Chez les autochtones, mais ça, on n’en dit mot !

Dès qu’il est en congé, Ahmed bat la campagne,
Assis sur Mirabelle, agréable compagne,
Qui se fait un plaisir d’être son doux chameau.

Vincent

Mirabelle sauve Gaston Lagaffe

dal-csgasal02.jpeg

C’est enfin les vacances aux Éditions Dupuis,
Gaston est en chemin vers sa villégiature,
Son chat et sa mouette au fond de sa voiture ;
Quand il est malheureux, ils sont d’un grand appui.

À la tombée du jour, le tacot tousse et puis,
Soudain, s’immobilise non loin d’une pâture,
Où l’étourdi choisit d’y tendre sa toiture,
Sous les branches d’un chêne et à deux pas d’un puits.

Le lendemain matin, l’homme échoue à s’extraire
Du sac de couchage, bien que très téméraire ;
La glissière bloquée, il rampe vers le bourg.

Mirabelle devant ce ver de terre immense,
Se croit en premier lieu atteinte de démence,
Avant qu’avec ses dents, elle aille à son secours.

Vincent

Mirabelle joue un tour

tour.png

image de Pierrette

Sous la canicule, au milieu de Juillet,
Une caravane composée de voitures
Distribue des gadgets de mauvaise facture
À des férus du tour à l’accent marseillais.

L’un d’entre-eux, imbibé de rhum blanc antillais
Voyant Mirabelle derrière une clôture
Paisiblement brouter, malgré la conjoncture,
La rejoint sans un bruit et en marchant de biais.

Arrivé à hauteur, il chevauche la vache,
Et se sert d’un bâton comme d’une cravache
Afin de la contraindre à suivre les coureurs.

Mais plutôt que d’aller galoper sur la route,
La ruminante rue jusqu’à ce qu’il se croûte
Le nez dans une bouse à l’écoeurante odeur.

Vincent