Pour Antonin Artaud

chagall.jpg

Toile de Chagall

J’aime tracer des mots dans un style archaïque,
Sur le jardin, la croix ou l’amour éperdu,
La beauté du cosmos (dont je suis confondu),
La voix de Salomé murmurant un cantique,

La douceur retrouvée d’un monde bucolique,
La froidure en hiver qui fait les arbres nus,
Un refrain familier à l’école entendu
Et l’éclat lumineux des dames exotiques.

Je ne veux point l’argent, ni le pouvoir sur terre,
Je m’installe à ma table, et j’écris, solitaire,
Ces quelques mots qui vont questionnant l’infini.

Sans les interpréter, j’évoque des mystères :
Ma plume va dansant, son ombre dans la nuit
Baigne dans la lueur de l’étoile polaire.

Cochonfucius

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Hortus Closus

Pour vivre heureux, vivons cachés

Parhal, poète breton.

Poésie musicale, rythmée, parlée ou chantée de sa voix vibrante sur la note de l'Univers.

Comme un cheveu sur la soupe

"On a le droit de le faire" Marguerite Duras, Écrire.

pour une seule note

écoutons à l'infini...

Le monde est dans tes yeux ...

... le premier matin du monde est aujourd'hui ...

WordPress.com en français

Toutes les nouvelles de la communauté WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :